Le site qui scanne l'opinion de la Majorité Silencieuse...
Blog de démocratie participative
Dites-le sur notre blog, vous serez peut-être entendu...
Agenda

La CANICULE
La canicule...
(IL FAISAIT TROP CHAUD POUR POLEMIQUER !)


Trois mois après la fin de ce phénomène qui a fait couler tant de sueur, tant de larmes mais aussi tant d'encre, il m'a semblé intéressant de revenir sur ce sujet maintenant que les corps et les esprits sont rafraîchis !
On a assisté il est vrai à une anomalie climatique d'une durée et d'une ampleur jamais atteintes. Les plus anciens avaient déjà connu des canicules mais aucune n'avait été aussi éprouvante pour nos fragiles organismes d'hommes du 21éme siècle.
J'en ai retenu deux choses : d'abord la canicule n'a pas frappé de la même manière citadins et campagnards, ensuite les hommes politiques sont toujours aussi bas, exploitant à tour de bras la situation.

La palme revient à coup sûr à Monsieur François Hollande qui a odieusement laissé entendre que si ses amis politiques avaient été encore au pouvoir ça ne ce serait pas passé comme ça. Restons sérieux, personne ne l'avait prévu car c'était imprévisible et seuls les imbéciles trouveront une responsabilité humaine à ce qu'il convient d'appeler une catastrophe naturelle (je constate d'ailleurs que personne n'a reproché à M. Delanoë, maire de la capitale de ne pas avoir écourté ses vacances alors que Paris était en première ligne).

Quant au médecin urgentiste qu'on a pu voir tous les jours sous toutes les coutures et sur toutes les chaînes, il m'a semblé qu'il en profitait pour régler les comptes de sa profession avec les pouvoirs publics. Sans occulter ce vrai problème des urgences, on peut quand même se demander si le moment était bien choisi.

Les principales victimes sont les citadins âgés, victimes de la chaleur certes mais surtout victimes de l'indifférence, de l'oubli, victimes d'une société où on leur fait chaque jour sentir qu'il n'ont plus leur place. Allez donc survivre au huitième étage d'une tour infernale en Seine Saint Denis par 40° à l'ombre, quand vous avez 85 ans, que vos proches - s'il vous en reste - sont partis se rafraîchir prés de la grande Bleue... et d'ailleurs quelle importance puisque vous ne les voyez jamais. Les voisins : n'en parlons pas, à part surveiller leur petit dernier pour qu'il ne pique pas votre porte-monnaie quand vous descendez chercher votre courrier dans votre boite aux lettres vide. Vous ne pouvez même pas passer l'après-midi dans un ciné climatisé car votre mini retraite ne vous le permet pas. Alors vous mourrez, la canicule aggrave la situation certes, mais vous mourrez surtout d'inhumanité.

Le "rat des champs" de constitution plus robuste est moins surpris par les écarts du thermomètre. Quand il fait froid on se couvre et on met plus de bois dans le feu et quand il fait chaud on se lève tôt pour vaquer aux occupations indispensables, on reste au frais à la maison et le soir à la fraîche on prend l'air assis sur une chaise sur la pas de sa porte avec les voisins. Ah les voisins à la campagne ! On rouspète car ils se mêlent de tout ! On se sent épié alors on les épie aussi , mais que c'est réconfortant quand on est vieux en se couchant le soir de savoir que le lendemain si vous ouvrez vos volets un quart d'heure trop tard il y aura branle bas de combat dans le quartier. "Emile passe donc voir chez la mère Jules. Il est sept heures et elle a toujours pas ouvert les contrevents, faudrait pas qu'elle ai eu un malaise avec cette chaleur, et en même temps demande s'il faut lui prendre son pain "
Voilà ce que l'on entendait cet été dans les Amognes et partout dans la France profonde.

Il convient donc de relativiser cet événement, chez nous il semble que l'augmentation des décès ne soit pas franchement significative. J'ai eu l'occasion de me rendre à la Maison de retraite pour raisons professionnelles et j'y ai vu des pensionnaires choyés par un personnel qui remplaçait bien toutes les climatisations du monde. Les seniors dans nos campagnes bénéficient maintenant d'aide à domicile efficace et personnalisée, et combien de ces aides ont effectués gracieusement des "heures supplémentaires" repassant le soir chez la mémé visitée le matin simplement pour voir comment s'était passée la journée et si elle n'avait besoin de rien. Cela parait peu de chose mais pour une personne âgée seule c'est énorme.
Et puis, mais j'en déjà parlé, il y avait les voisins ; une espèce en voie de disparition dans les villes.

Une dernière chose me choque : les chiffres. Je sais qu'on leur fait dire ce qu'on veut mais quand je lis "13.802 victimes de la canicule" je suis pris d'angoisse la nuit car je me demande de quoi sont morts ces malheureux : crise cardiaque due au stress de toute une vie trépidante, insuffisance respiratoire d'avoir trop fumé ? Pour ma part, je préfère croire qu'ils ont profité du beau temps pour rejoindre leurs copains disparus.


J.J M




Annonces Immo
Vos réactions
Arnaques
Internet
Téléphone
Politique
Environnement
Consommation
Santé
Economie
Société
Service-Public
Sports
Agriculture
Education
Europe
Spectacles
Faits divers
Autres
A votre Avis
Liens
Partenaires :
Réalisation & publicité :
Sitecom.biz
Copyright ©